Claude Monet - Le Déjeuner, “panneau décoratif”. 1872

Huile sur toile, 162 x 203 cm, musée d’Orsay, Paris.

Au fond de ce tableau apparaît la façade sur jardin de la première maison habitée par Monet à Argenteuil. Le jeune enfant au premier plan est le fils de l’artiste, Jean.

Soutenu par Gustave Caillebotte qui achète les œuvres de ses amis, voire les rachète, ce dernier fera don de sa collection en ces termes (codicille du 20 novembre 1883) :

"Je donne à l’Etat les tableaux que je possède ; seulement, comme je veux que ce don soit accepté et le soit de telle façon que les tableaux n’aillent ni dans un grenier ni dans un musée de province, mais bien au Luxembourg et plus tard au Louvre, il est nécessaire que s’écoule un certain temps avant l’exécution de cette clause jusqu’à ce que le public, je ne dis pas comprenne, mais admette cette peinture. Ce temps peut être de vingt ans au plus. En attendant mon frère Martial, et à son défaut un autre de mes héritiers, les conservera. Je prie Renoir d’être mon exécuteur testamentaire …"

A la mort de Caillebotte en 1894, les académistes, conduits par Gérôme, essaient alors d’empêcher la collection d’entrer dans le patrimoine artistique de la France.

Considérées comme “dérives d’art malsain”, constamment refusées au Salon Officiel, une quarantaine d’œuvres impressionnistes (sur les soixante de Caillebotte) seront finalement intégrées au Louvre en 1928.


5 notes

  1. kaadesa a reblogué ce billet depuis ce-sac-contient
  2. ce-sac-contient a publié ce billet

COMMENTS